La défense des animaux ailleurs dans le monde

A travers le monde, de nombreuses initiatives, de nombreuses associations et beaucoup de citoyens se mobilisent pour protéger les espèces et sauver des animaux en situation de détresse.

Tour du monde de quelques-unes de ces belles histoires !

🇿🇦 | Khanyisa, un éléphanteau albinos sauvé !

Trouvé seul et errant depuis plusieurs jours à la recherche de son troupeau, un éléphanteau a été retrouvé un piège à la patte. L’issue semblait fatale et n’aurait pu avoir une fin heureuse sans sa prise en charge par les bénévoles du refuge et orphelinat pour éléphants Hoedspruit Elephant Rehabilitation and Development en Afrique du Sud.

Prénommé Khanyisa, pour « Allumez-le » en zoulou, l’éléphanteau a été opéré quelques jours après sa prise en charge et il lui aura fallu un certain temps pour qu’il ne s’en remette complètement. Plus les mois passaient au refuge, plus Khanyisa reprenait des forces, et se liait d’amitié avec ses pairs. Aujourd’hui, il a trouvé un nouveau troupeau. Il lui a fallu peu de temps pour que les autres éléphants en tombent amoureux à leur tour.

Nous sommes si fiers du petit cœur courageux de Khanyisa et de sa détermination à survivre. Participer à sa réhabilitation a été jusqu’à présent un privilège

Adine Roode, fondatrice du refuge Hoedspruit Elephant Rehabilitation and Development

🇩🇪 | Des drones pour protéger les faons des moissons !  

100 000 faons étaient broyés chaque année par les engins agricoles, mais l’Allemagne y remédie !

Dans le cadre d’une loi sur le bien-être animal, les agriculteurs allemands doivent désormais, avant de faucher leurs champs, s’assurer qu’aucun faon n’est présent. Pour cela, ils utilisent des drones équipés de capteurs infrarouges leur permettant de repérer la chaleur émise par l’animal.

Développés grâce à des chercheurs, le déploiement des drones a été soutenus à hauteur de trois millions d’euros par le Ministère de l’Agriculture allemand.Cela ne prend que quelques minutes aux agriculteurs, mais sauve déjà des centaines de faons chaque année ! Si l’agriculteur n’agit pas, il est sanctionné ! Plusieurs ont déjà été condamnés à 3 000 € d’amende. Une fois repéré par le drone, dans les hautes herbes et n’ayant pas comme sa mère le réflexe de fuir, le faon est alors secouru. Sans l’imprégner d’odeurs humaines, il est déplacé à proximité pour que sa mère le retrouve !

🇳🇪 | Deux frères au secours des rapaces mutilés de Delhi

Grâce à deux frères, Nadeem Shehzad et Mohammad Saud, des milliers de rapaces éclopés de la ville de Delhi sont sauvés et relâchés chaque année.

Blessés à cause des lignes électriques, des filets de pêche, des collisions avec des véhicules, mais surtout par des fils des cerfs-volants qui viennent s’enrouler autour de leurs ailes, vautours, percnoptéres, aigles des steppes ou encore milans noirs sont récupérés par milliers, opérés, surveillés et relâchés grâce au centre Wildlife Rescue que ces deux frères ont créé en 2010.

La ville de Delhi et ses 27 millions d’habitants héberge la plus importante concentration de milans noirs au monde. Les rapaces et les corbeaux souffrent de leur mauvaise réputation au motif qu’ils porteraient malheur. Mais les déchetteries et les déchets des abattoirs attirent toujours plus les rapaces à Delhi, rendant l’action de Wildlife Rescue indispensable.

🇲🇽 | Protéger les chiens pour sauver les jaguars !

Dans la province du Quitana Roo, dans la nuit du 4 décembre 2021, les autorités ont été prévenues qu’un jaguar était tombé dans un puit en attaquant un chien. Avec l’aide de la marine nationale, le jaguar et Negrito, le chien tombé avec lui dans le puit, ont été secourus et soignés. Depuis, le jaguar a été remis en liberté.

Pour promouvoir la coexistence avec cette espèce quasi-menacée, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), en lien avec les autorités mexicaines, organise des ateliers et construit des abris pour protéger les chiens des communautés des attaques de jaguar. Plus d’une centaine d’abris ont déjà été installés. Le tout afin de rétablir une coexistence entre les hommes, leurs animaux de compagnie et la faune sauvage.

Ce que j’apprécie le plus, c’est que même si les personnes auraient pu faire face à cette situation en tuant le jaguar, elles ont préféré respecter l’animal et lui donner une chance de vivre à nouveau dans la nature. 

Victor Rosales, président de l’organisation Aak Mahahual qui a participé à ce sauvetage

🇲🇨 | Une cinquantaine de chiens sauvés de l’abattoir

En mai 2022, lors d’une inspection de l’abattoir de Sukoharjo, la police a saisi 50 chiens qui y vivaient dans des conditions effroyables. Déshydratés et désorientés, ils n’avaient que la peau sur les os.

Le propriétaire de l’abattoir, qui enlevait par milliers des chiens sur l’île de Java, a été condamné par la justice indonésienne pour non-respect de la loi sur la santé et l’élevage. Il écope d’une peine de prison de 12 mois et d’une amende de 10 000 €.

Grâce aux équipes de la Humane Society International et au refuge Dog Meat Free qui les a pris en charge, les chiens ont été accueillis au Canada et placés à l’adoption. 

En Indonésie, 93 % de la population est favorable à l’interdiction de la consommation de viande de chien et 17 villes l’ont déjà prohibée. Alors que le gouvernement annonçait en 2018 que « les chiens ne sont pas de la nourriture », aucune interdiction nationale n’a été prononcée. Bien que l’opposition au commerce de la viande de chien et de chat s’intensifie en Asie, 30 millions de chiens et 10 millions de chats seraient consommés chaque année sur le continent.

La police de Sukoharjo doit être félicitée pour ne pas avoir abandonné ces animaux et avoir utilisé les lois à sa disposition pour obtenir cette condamnation. Nos forces de police pourraient être grandement aidées si le gouvernement introduisait une interdiction nationale du commerce de la viande de chien.

Karin Franken, coordinatrice de la Dog Meat Free

Retrouvez d’autres sauvetages et initiatives visant à préserver la biodiversité dans notre magazine défendons les animaux

Consultez plus d’actualités

ABANDONS | Chevaux, poneys et ânes ne sont pas épargnés !

Chaque année, ils sont des centaines de chevaux, poneys ou ânes à se retrouver à la rue. Trop de personnes acquièrent un équidé pour assouvir un rêve ou céder à un caprice, sans mesurer la longévité de l’animal et l’investissement financier et humain que son entretien requiert. Des décisions impulsives qui conduiront bien souvent ces…

Lire l'article

Soutenez-nous !

Sans vous,
rien n’est possible

Je fais un don